A+ A A-

Autopsie-généalogique

Nous sommes tous au début un tas d’os, un squelette démantelé gisant quelques part dans le désert, sous le sable. A nous de recoller les morceaux. C’est une tache pénible qui doit être exécuter quand la lumière est bonne...La légende mexicaine de la Loba, cette vieille femme qui vit dans le désert et passe sa vie à ramasser, rassembler et assembler des os, nous montre ce que nous devons chercher ; l’indestructible force vitale.
C.Pinkolas Estes.

En 2003, cette réflexion a donné lieu à une série de boite lumineuse, (Autopsie généalogique), dans laquelle à des radiographies des femmes de ma familles se mêlent des photographies tantôt animales, tantôt d’anatomie humaine. Travail anthropologique où la généalogie est disséquée et dans lequel la descendance s’entremêle dans la spirale de l’origine du monde.
En superposant les images, les couches de sens tel un palimpseste, j’ai laissé transparaitre les couches antérieures afin d’accroitre les diverses significations de l’image.

Chaque radiographie a été recousu, pansée, grattée… Dans ce travail, il s’agissait de mettre en lumière les os et squelettes de toute les femmes vivantes de ma famille. Et telle une magicienne, recoudre avec du fil de nylon certaines parties du squelette. Comme si, par on ne sait quel miracle , de ce geste infime et féminin, la guérison des blessures anciennes pouvait avoir lieu. C’est ce que je nommerai, l’invention d'un rite individuel.

Mémoire instinctive de la chair, au seuil des territoires anthropologiques et biologiques